La voie de Vézelay vers Saint-Jacques de Compostelle

Si vous êtes intéressé par le chemin de St-Jacques, merci de contacter la Société Landaise des Amis de St Jacques de Compostelle qui vous donnera tous les renseignements et la cartographie nécessaire à ce périple. Elle vous vendra également la crédencial, élément indispensable à l'hébergement sur le chemin. 

Tél : 05 58 93 38 33

contact@compostelle-landes.org

www.compostelle-landes.org

(c) Office de Tourisme
(c) Office de Tourisme

Le chemin de Compostelle sur le Cap de Gascogne : Bas-Mauco, Saint-Sever, Audignon, Montaut

 

En 1998, l'abbaye de Saint-Sever a été classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO, au titre des chemins de Compostelle, sur la voie limousine partant de Vézelay. Les chemins de Tour, de Vézelay et du Puy traversaient les Landes pour rejoindre Ostabat en Pays Basque puis ralliaient le Camino Frances en Espagne, à Puente la Reina jumelé avec Saint-Sever. La voie littorale passant par Mimizan a également été classée. 

La photo ci-contre représente une statue de saint Roch, vêtu comme un jacquet, située dans la campagne entre Aurice et Haut-Mauco.

 

Chemin de Bas-Mauco : Après Mont-de-Marsan et Benquet, la route devenait très pénible, un bas-fond marécageux, impraticable en hiver. La vieille route longeait le Castet-Charlat : oppidum protohistorique surveillant le passage de cette zone désertique. Le chemin passait devant le château de Xaintrailles et retrouvait la route vers Saint-Sever pour ensuite franchir les différents bras de l'Adour qui ne fut régularisé qu'au 19es.. Le pélerin passait un 1er grand pont de bois puis une île et un 2nd pont, de pierre en 1733, qui était dans l'alignement de la côte de Brille.

 

Saint-Sever

(c) Toutatis
(c) Toutatis

Ces chemins étaient balisés par les églises de pèlerinage, regorgeant de reliques prestigieuses et par les hébergements hopitaliers, en grande part monastiques. L'abbaye de Saint-Sever était l'un d'eux. Les abbés Grégoire de Montaner (1028 - 1072) et Suavius (vers 1100) embellirent chacun à leur tour la légende de Severus le martyr, le saint éponyme dont il fallait asseoir la notoriété. Ce dernier (fin du 4e-début du 5es.) aurait été un noble scythe envoyé par le pape pour évangéliser la région avec 6 compagnons. Après avoir converti le gouverneur du castrum de Morlanne, et son peuple, il aurait été décapité par les Vandales. La vie de ce saint est légendaire. Toutefois, la naissance de nombreuses paroisses au 5es. en Chalosse, authentifie l'arrivée de la religion chrétienne à cette haute époque.

 

Chemin de Saint-Sever : Après une escale en bas de la côte, dans l'hôpital Saint-Michel, fondé par les bénédictins pour soigner les Jacquets fatigués, ils rejoignaient la ville haute par la côte de Brille. Ils longeaient la citadelle de Morlanne puis franchissaient l'enceinte, pour rejoindre l'abbaye. Ensuite, ils pénétraient dans l'abbatiale, pour faire leurs dévotions, dans une "sacristie" située derrière l'autel majeur. Là se trouvait une grande armoire de pierre blanche destinée aux reliques. A ses pieds coulait de l'eau miraculeuse dans une petite fosse. Les pélerins pouvaient ensuite se reposer et se restaurer à l'infirmerie-hôtellerie dans l'aile sud du monastère. Ils reprenaient la route en repassant par l'église, où après une escale dans la chapelle Saint-Jacques, dernière absidiole nord, ils franchissaient le petit portail nord pour rejoindre Audignon, la prochaine étape, par les faubourgs de Saint-Sever.

 

Audignon

(c) F. Lafargue
(c) F. Lafargue

Chemin d'AudignonSur la route de Saint-Sever à Audignon, avant de franchir le Gabas il y avait l'hôpital de l'ordre du Saint-Esprit, Lespitaou puis l'église Sainte-Marie à Audignon.

Actuellement les pélerins ne passent plus par cette route mais par des chemins moins fréquentés (chemin du Barthé etc...).

L'église Sainte-Marie d'Audignon : étape obligée, possède encore un chevet roman et un remarquable retable gothique de pierre peinte.

Les pèlerins continuaient leur route jusqu'à Saint-Girons d'Hagetmau. Saint Girons avait été un des compagnons de saint Sever selon la légende.

Montaut

(c) S. Lartigue pour l'OT
(c) S. Lartigue pour l'OT

 

 

 

Sur une voie parallèle, rejoignant la voie de Vézelay, l'église Saint-Pierre de Brocas recevait également des pélerins (11e - 17e siècles).

printemps des landes
Prévisions météo Saint-Sever